Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


Un mariage royal à Langeais

Publié par Nicolas Mémeteau sur 4 Juillet 2006, 00:00am

Catégories : #Un peu d'histoire...

En 1491, la duchesse Anne de Bretagne n’a que 15 ans. Elle est déjà mariée par procuration à Maximilien, empereur du Saint Empire Romain Germanique.
Charles VIII (21 ans) est fiancé avec Marguerite d’Autriche, fille de Maximilien et de Marie de Bourgogne. Cette future union doit régler la succession de la Bourgogne en la rattachant définitivement au royaume de France
Maximilien, mariée (sans l’avoir jamais rencontrée) à Anne de Bretagne devient de fait Duc de Bretagne. Ceci représente un grand danger pour la France. Le royaume se retrouve ainsi encadré à l’est et à l’ouest par l’empire. Dunois (cousin de Charles VIII) et Anne de Beaujeu (régente du royaume) imaginent alors un mariage entre Charles VIII et Anne de Bretagne, ce qui boulverserait la géopolitique européenne de cette fin de XVème siècle.
Le contrat de mariage devra stipuler que, si le roi venait à mourir sans descendance, la duchesse devrait épouser son successeur, pour rendre encore plus sûr ce rattachement de la Bretagne à la France.

Les choses vont vite se précipiter : Dunois provoque les adieux de Charles VIII et de Marguerite d’Autriche. Anne quitte Rennes le 23 novembre pour la Flèche où elle doit retrouver la Régente Anne de Beaujeu. La duchesse arrive en secret au château de Langeais, alors propriété du Dunois, choisie pour son aspect imprenable. Le roi quitte lui le Plessis dans la nuit du 5 au 6 décembre 1491.

La cérémonie se déroule à l’aube, sans attendre la dispense pontificale, demandée en raison du caractère très particulier de ces noces et de la parenté des époux.
Le contrat de mariage est établi, lu et scellé dans la salle des gardes du château. La cérémonie religieuse a lieu à l’étage, dans la grande salle, faute de chapelle sur le site. Les consentements sont échangés devant Louis d’Amboise, évêque d’albi et frère de Georges d’Amboise (cardinal, futur principal conseiller de Louis XII à partir de 1498 et constructeur du château de Chaumont), alors que la messe de mariage est célébrée par Jean de Rély, évêque d’Angers et confesseur du roi.

A cette cérémonie, si importante pour le royaume, l’assistance est plus que réduite. Ne sont présents que quelques parents et dignitaires des deux partis : Anne et Pierre de Beaujeu, Guillaume de Rochefort, chancellier du roi, les deux principaux témoins le prince d’Orange et Louis d’Orléans (futur Louis XII et futur époux d’Anne de Bretagne), parents des époux et quelques seigneurs triés sur le volet. A cette liste s’ajoutent 6 bourgeois de Rennes représentant les états de Bretagne. Dunois, l’un des artisans de ce mariage, ne le vit pas, puisqu’il est mort, suite à une chute de cheval, quelques jours avant l’événement.

Le lendemain des noces, les 6 représentants de Bretagne constatent la consommation du mariage. Ceci annule de fait le précédent mariage d’Anne avec Maximilien, puisque cette union, contractée par procuration n’avait jamais été consommée. Le couple part dès le lendemain au château du Plessis-lès-Tours, en lune de miel. Il se noue alors une véritable idylle entre le roi et la jeune reine de France, autour d’un mariage né d’une volonté politique et qui devait renforcer le pouvoir royal et rattacher la Bretagne à la France.

Malheusement, le couple royal, pourtant amoureux, ne donnera pas d’héritier au trône. Charles VIII décède en 1498 à Amboise, à 28 ans, après un stupide accident avec un linteau de porte. Louis d’Orléans, cousin de Charles VIII, monte sur le trône, devenant Louis XII, et, comme convenu par le contrat de 1491, épouse lui-aussi Anne de Bretagne pour conserver la Bretagne dans le domaine royal.

Lors de la visite du château de Langeais, on assite à une reconstitutionde cette union si importante pour la France. Elle est constituée de mannequins et d’une bande-son, un peu datés, mais qui retrace bien l’événement.

Lire l'article  sur Langeais ici. Pour plus d'infos sur le site : chateaulangeais.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents