Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


Le château perdu de Tours

Publié par Nicolas Mémeteau sur 28 Juillet 2006, 00:00am

Catégories : #Val de Loire

Il est étonnant pour une ville aussi importante que Tours, capitale du royaume au XVème siècle, de ne pas aujourd’hui posséder un château digne de ce nom, d’autant plus pour la ville principale du val de Loire.

Le château que l’on peut voir actuellement ne présente guère d’intérêt et ne se visite pas en tant que tel, mais lors d’éventuelles expositions qui s’y déroulent régulièrement.

Pourtant, ce château possède une histoire plus que singulière. La première construction, la turris

hugonis, tour du comte Hugues, devenue avec le temps la tour feu Hugon, défendait la partie orientale de la cité gallo-romaine et servait de château comtal. Actuellement, la rue s'appelle rue du Port-feu-Hugon.Un nouveau château aurait été construit vers 1044-1068 par le comte d'Anjou, redevenu maître de la ville. Ensuite, il fut rebâti par Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre mais aussi et surtout comte d’Anjou, en 1160. le but de cette construction était de défendre le pont de pierre, datant de1034, de prime importance à cette époque. En effet, le pont, à cette époque est une source de profit (on paie une taxe pour l'emprunter), mais aussi un enjeu stratégique (il y a peu de ponts sur la Loire, voilà pourquoi Tours passa régulièrement au Moyen-Âge dans les comtés d'Anjou ou de Blois selon les périodes).
Le premier bâtiment fut repris au XIIIe s., pour former un plus grand ensemble, par Philippe III le Hardi (roi de France 1245/1285, fils de Saint Louis). Le château de Tours était alors un quadrilatère fermé, irrégulier mais flanqué de quatre tours d’angle. Deux d’entre elles existent encore aujourd’hui, dont la plus célèbre, au nord-est, la Tour de Guise. Cette dernière possède des fondations gallo-romaines (nous aurons l’occasion de revenir sur le riche passé gallo-romain de Tours) et un couronnement ainsi que des machicoulis du XVe s. Elle encadrent le Pavillon de Mars, complètement remanié au XIXe s. Ce pavillon, avec les deux tours qui l'encadrent, sont les seuls vestiges du château médiéval de la grande cité qu'était Tours au Moyen-Âge.

Nous ne savons pas réellement ce qui détruisit le château de Tours. Aucune étude sérieuse n’a été récemment mené sur le sujet. Les questions se posent : comment un tel site dans une ville qui fut capitale du royaume au XVe a-t-il pu disparaître ?
A la fin du moyen-âge, Tours est une ville brillante du royaume, choisie par Louis XI, comme capitale, lieu de prestige pour bon nombre d’activités, dont la fabrication des armures et les ateliers de soieries, et ce, jusqu’à la fin du XVIe s. Personne n'explique vraiment la désagrégation du château, elle n'est pas racontée par des chroniqueurs locaux et il n'est plus souvent mentionné déjà à la Renaissance, alors que les rois de France vivent en Val de Loire et passe souvent par Tours. C'est l'un des mystères locaux, si l'on peut dire...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hugues AOUSTIN 30/04/2007 17:48

Merci pour ces précisions sur le chateau de Tours.

J'ai une précision à vous demander concernant le conte Hugues qui a donné son nom à la rue port-feu-Hugon. S'agit il de Hugues le Grand le père de Hugues Capet qui possédait entre autres honores le maquisat de Neustrie dont faisait partie Tours, ou d'un Hugues plus ancien peut être un mérovingien de la famille des Etichonides ou encore un Hugues de Tours conseiller de Lothaire ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents