Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


Ussé (37)

Publié par Nicolas Mémeteau sur 9 Novembre 2006, 00:00am

Catégories : #Val de Loire

L’histoire du château d’Ussé est très ancienne. Il s’agit, comme souvent en Val de Loire, d’une fondation médiévale, née dans un contexte de guerre entre les deux grands comtés qui saignèrent la région, ceux d’Anjou et de Blois, avec Foulques Nerra d’un côté et Thibault le Tricheur et son fils Eudes Ier de l’autre.

Le seigneur d’Ussé autour de l’An Mil s’appelle Guelduin Ier, vassal fidèle du comté de Blois. Alors qu’il lutte pour le comte contre Foulques Nerra, il perd son château de Saumur en 1025. A ce moment, il décide de fortifier son autre château dit d’Ucenum, futur Ussé. En compensation de la perte de Saumur, Eudes Ier consentit à lui donner le château de Chaumont. Cette fortification d’Ussé fut en bois, tout comme elle l’était à Chaumont. Les premières constructions en pierres sont pourtant contemporaines, comme Loches, Montbazon ou Montrichard par exemple, constructions dues à Foulques Nerra.

Au XVème siècle, Jean V du Bueil (capitaine de Charles VII) commença la construction actuelle, conçue comme un château fort, sur les ruines du château du XIIème s. Il faudra attendre le XVIème s. pour qu’Ussé ne devienne le château de plaisance que nous connaissons aujourd’hui, avec notamment, terrasses et jardins, dessinés par Le Nôtre.

Le site est mondialement connu pour avoir vu résider en ces murs le célèbre Charles Perrault au XVIIème s. Le lieu lui aurait inspiré « la Belle au bois dormant ».

 

Le cadre est absolument magnifique, cette construction en bordure de forêt bénéficie d’un décor plus que féerique, ajouté à la magnificence des bâtiments. Le château est difficilement compréhensible à la simple observation. On décèle des toitures complexes, des chemins de ronde alambiqués, des niveaux multiples… Cela le rend d’autant plus fascinant. La cour d’honneur est une leçon d’architecture à elle seule. Les trois ailes de cette cour illustrent les différentes périodes de construction : au gauche, la façade XVème gothique, au centre, la façade XVIème renaissance et à droite celle XVIIème classique. Il est très facile de saisir l’évolution de l’architecture sur trois façades.

 

Beaucoup de choses sont ouvertes à la visite. Jugez plutôt : la collégiale, les caves, la sellerie, la remise des voitures (hippomobiles s’entend), le circuit du château et le chemin de ronde (dans lequel s’insère les tableaux de la belle au bois dormant).

La collégiale fut construite entre 1523 et 1535 et consacrée ne 1538. Deux éléments y sont absolument remarquables : la façade avec un décor renaissance bien conservé et les stalles des chanoines, datant aussi du XVIe s. La visite des caves est beaucoup plus anecdotique. De beaux équipements et une magnifique sellerie sont visibles, en face de la chapelle.

La pièce de résistance de la visite est bien sûr le château, dans lequel 8 pièce se visitent (seulement, mais il est encore occupé en partie par le Duc de Blacas). Elles sont assez bien meublées, dans un style plutôt XVIIIe, et pour la plupart assez intéressante. L’attention est portée surtout sur les tapisseries qui sont de grandes qualités, de par leur beauté et leur état de conservation. Nous avons de sérieuses réserves sur la scénographie qui nous propose dans le circuit, au milieu des pièces meublées une série de mannequins costumés. Le but est d’offrir au visiteur une collection de costumes prestigieux. Dans la mesure où on les trouve dans presque toutes les pièces, cela en devient vite indigeste.

Vient ensuite la deuxième partie de la visite du château, les chemins de ronde. C’est dans cette partie qu’est  mise en valeur la venue de Charles Perrault, avec des scènes de « la Belle aux bois dormant ». Toujours les mannequins, pour l’illustration, dans de petites pièces, visibles à travers des fenêtres du chemin de ronde, avec une musique franchement désagréable. Heureusement que la promenade sur ce chemin est agréable, pour les vues qu’elle propose sur le château et la vallée !

Il est clair que le site est enchanteur, d’une beauté sans pareil. Cependant, soyons honnête, la visite n’est pas d’un grand intérêt historique et patrimonial. En effet, la scénographie est plus que contestable, les rappels historiques trop succincts. L’absence d’encadrement (pas de visites guidées ou même d’audio-guides, qui seraient toujours mieux que rien !) est dommageable, et ce n’est pas la modeste feuille que l’on vous donnera à l’entrée du circuit qui changera quoique ce soit.

Enfin, pour tout cela, la facture est très salée, 11 € par adulte et les enfants paient dans la mesure ou c’est d’abord à eux que le site s’adresse. Bref, les propriétaires ont transformé ce magnifique lieu en une sorte de Disneyland, ce qui est attristant et ne rend pas hommage à l’extraordinaire bâtisse que nous devrions visiter.

La grande renommée dont bénéficie ce monument est due à « la Belle aux bois dormant » de Charles Perrault et non à la fabuleuse construction d’Ussé. Il est bien dommage que l’accent soit mis sur ce conte et non sur un contenu plus approfondi.

Plus d'infos sur ce site.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents