Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


La pile de Cinq-Mars (37)

Publié par Nicolas Mémeteau sur 9 Novembre 2006, 00:00am

Catégories : #Val de Loire

Depuis sa création, Monumental vous emmène dans des monuments ouverts au public, généralement payants et faciles à trouver dans les guides touristiques. Mais nous souhaitons aussi vous emmener dans des lieux atypiques, pas toujours détaillés sur les guides, voire absents, souvent gratuits, parfois en ruine (ceci expliquerait la gratuité ?!!!), de manière à ce que vous sortiez des sentiers battus et des circuits proposés par les offices de tourisme. C’est l’occasion de se débrouiller tout seul et de voir des choses plutôt connus des locaux et moins des touristes, l’occasion aussi d’être seul sur un site, ce qui est toujours précieux. Par contre, pour ces visites, n’ayez pas peur de marcher dans la boue et de vous frotter à des murs très salissants ! Les visites comme celle-là sont les meilleures. Mon ami blogueur le chevalier du 38 ne me contredira pas !

Les amateurs de l’antiquité romaine vont peut-être connaître ce site. Le pile funéraire de Cinq-Mars (à Cinq-Mars-la-Pile !) est l’un des monuments funéraires les mieux conservés de toute la Gaule, connue et décrite dans pas mal d’ouvrages spécialisés. Il est étonnant qu’il faille venir en Touraine pour découvrir une architecture monumentale de cette qualité.

Soyons précis, il faut d’abord la trouver. Celle-ci est facile à observer car elle est visible depuis la route départementale qui mène de Tours à Langeais (qui se poursuit vers Saumur et Angers). Vue de la route, on peut penser d’abord à une sorte de cheminée d’usine du XIXème siècle, mais non, c’est plus ancien, presque deux mille ans !

 Pile funéraire, vue d'ensemble


Ce monument funéraire gallo-romain est une sorte de tour pleine de plan carré de 5,80m. de côté. La pile est positionnée à mi-hauteur du coteau, ce qui explique que l’on la voit si bien depuis la route. Elle mesure exactement 100 pieds romains de hauteur (soit 29,40m.). Elle est constituée de brique pour les parements sur les 4 faces, mais est remplie de moellons à l’intérieur.
Elle est composée de deux parties distinctes grâce à un ressaut tout à fait visible un peu au-dessus de la mi-hauteur. La partie supérieure se termine en pyramide (abîmée) avec ces quatre « pilettes » carrées caractéristiques aux quatre coins. Sur cette partie, on remarque 12 compartiments carrés - deux rangées de 6 sur toute la partie haute soit 4,40m. - (côté sud, vers la Loire) composées des plaquettes de briques polychromes avec de magnifiques couleurs du grenat au blanc et disposées en losange, en triangle, en chevrons ou en carré. Seuls 4 sont intacts, les autres souvent incomplets. Ce décor renvoie à d’autres monuments romains ou gallo-romains comme un entrepôt d’Ostie par exemple.


Cette construction est aussi l'occasion d'admirer la perfection de la maçonnerie gallo-romaine. Remarquez l'agencement parfait des lignes de briques.


Au pied de la pile a été mise au jour récemment, sur un mur de soutènement, une représentation de Sabazios, divinité orientale très rare en Gaule et surtout en Gaule du nord. D'origine phrygienne, Sabazios fut vénéré en tant que divinité identique à Dionysos. Il était fils de Perséphone et de Zeus. Il a une allure vraiment étonnante, personnage barbu avec une sorte de couvre-chef qui le fait ressembler sans plaisanter au grand schtroumpf.
Nous ne pouvons expliquer clairement la raison du choix de la divinité par le propriétaire des lieux de l’époque et locataire probable sous la pile ! Il faut dire que beaucoup de théories ont été donné sur ce monument et sur sa signification. Aux XVIIIème et XIXème siècles, il fut défini comme un trophée militaire ou une limite de cité… La pile fut redécouverte et dessinée en 1770 par Le Royer de la Sauvagère, dans son recueil d’antiquité dans les Gaules. Elle est apparentée aux piles du sud-ouest de la France ou aux « piliers » de la région de Trèves (en Allemagne).
La datation attesté semble la faire remonter au deuxième moitié du IIe siècle après J.C., ce qui semble être la période prospère de la région et notamment de la capitale de cité, Caesarodunum, des Turons.

Dans ces affirmations beaucoup de choses sont issues des recherches récentes. Il y a encore 10 ou 15 ans nous n’aurions pu affirmer son rôle de monument funéraire avec autant d’assurance. C’est une vraie curiosité pour les amateurs de l’Antiquité romaine en Gaule dont la région est bien plus riche que beaucoup le pensent, nous y reviendront bientôt.

L'accès au pied de la pile est possible et facile, en franchissant une barrière, qui est naturellement déjà repoussée sur le côté.Ceci dit, prévoyez tout de même de bonnes chaussures !


Face sud. Situation : sur le côteau, au milieu des maisons actuelles.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre granet 24/06/2009 11:19

qui pourrait m aider ?dans un petit village pres de la charente existait une tour du fa en 1120 il y avait un seigneur du fa . en 1580 un historien local voit une tour de 10m sur 7m et 7m de haut en1880 unautre auteur ne lui trouve plus que 5m de h cette tour etait plaine au moyen age les seigneurs du lieu par dessus un donjon. l auteur de 1580 pensait a un monument commemoratif en souvenir de leur presence!!!je ne pense pas qu il sagisse d un temple fanum puisque la tour est pleine ne somme nous pas plutot en presence de la commemoration d un deces(funeraire) ou d un empereur. la tour est pres de l eau et il y avait un mole il aete trouve dans l eglise sous un pilier deux statuettes drapee sans tete peut etre galloromaine? merci d un eventuel avis

boyer 24/01/2009 23:23

je suis membre de l'association les amis de la pile et je souhaite creer un blog  sur le monument , si vous avez des documents je suis interesséSalutations

Louvre-passion 31/10/2006 22:13

Je suis curieux de voir les photos car je ne me souviens pas d'avoir lu quelque chose sur ce type d'architecture funéraire Gallo-romaine de même je connaissais pas cette divinité. Comme quoi on en apprend tous les jours.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents