Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


Le château de Châteaudun (28)

Publié par Nicolas Mémeteau sur 20 Novembre 2006, 00:00am

Catégories : #Ailleurs...

Le château de Châteaudun n’a pas le succès qu’il mérite. Il est en effet assez peu visité, environ 20 000 visiteurs par an. La seule visite de son donjon du XIIème siècle vaut le détour.

Grégoire de Tours mentionne déjà au VIème siècle l’existence de Châteaudun et d’une place forte dès l’époque mérovingienne, sous le nom latin de Castellum Dunum, simplement le château sur une butte. Il se situe en effet sur un éperon rocheux qui domine toute la vallée du Loir qui en fait un parfait site défensif. Le premier site fut construit pat Thibaud le Tricheur au début du Xème s. mais il n’en reste aucun vestige. La partie la plus ancienne conservée est le donjon du XIIème qui semble être l’œuvre de Thibaud V.

Le 13 octobre 1391, Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI (1368/1422) achète à Guy II de Châtillon les comtés de Blois et de Dunois. En 1439, Charles d’Orléans, fils de Louis donne le comté de Dunois à son demi-frère Jean, connu sous le nom du « bâtard d’Orléans », célèbre compagnon d’armes de Jeanne d’Arc en 1429. Il entreprend la reconstruction du château à partir de 1451, jusqu’à sa mort en 1468.


Le donjon circulaire constitue sans doute la partie la plus intéressante de la visite. Il est très impressionnant (31 m de hauteur pour 17 m de diamètre) et très bien conservé. Les pièces sont disposées classiquement pour ce genre d’édifice : 3 niveaux superposés, réserve à grains au rez-de-chaussée et deux salles habitables aux autres niveaux. Notons que c’est un donjon de refuge, en cas d’attaque, et non une tour d’habitation régulière comme à Loches par exemple. Cela veut dire que les installations de vie sont assez sommaires, l’essentiel étant consacré à la défense, galeries de circulations annulaires larges pour faciliter la circulation des gardes, très peu d’ouvertures, quelques modestes archères. Les assiégés ne faisaient qu’attendre que le siège soit levé, ce qui explique le peu d’installations de défense active, qui ne viendront dans les donjons et châteaux qu’à partir du XIVème s. (pour plus d’informations, nous vous renvoyons à l’excellent livre de Daniel Schweitz). Le donjon ne se visite qu’en visite guidée, pour des raisons de sécurité compréhensibles.


La chapelle est construite à partir de 1451 par Dunois. Elle est une Sainte Chapelle qui relève directement de l’autorité pontificale, rappelant le lien du « bâtard d’Orléans » avec le roi de France. Cette chapelle possède un décor sculpté prestigieux avec 12 statues représentant les patrons de la chapelle auxquels Dunois vouait un culte particulier. Nous le savons grâce à son livre d’heures, conservé aujourd’hui au British Museum : la Vierge, Saint Jean-Baptiste et Jean l’évangéliste, Madeleine, Catherine d’Alexandrie, Marguerite, Geneviève, Apolline, Barbe, Marie l’égyptienne, Elisabeth de Hongrie et Radegonde. Toutes ces statues sont du XVème et sont classées. La chapelle possède aussi une fresque de jugement dernier peint sur le mur de l’oratoire sud. La datation semble indiquer la fin du XVème.

A partir de 1460, Dunois fit bâtir l’aile gothique, dite « aile Dunois », pour y loger sa famille. Rez-de-chaussée et premier étage constituaient la partie noble, tandis que les combles accueillaient les domestiques. Une salle de justice fut aménagée au RDC, au XVIIème s. et s’accompagne de cellules de prison en sous-sol, encore visibles aujourd’hui, et qui font assez froid dans le dos, il faut bien le dire ! Rare exemple de juridiction seigneuriale de l’Ancien Régime transformée à la Révolution salle de tribunal révolutionnaire, il conserve encore son décor d’origine ainsi que les attributs révolutionnaires peints vers 1790.

Aile XVe avec escalier hors-oeuvre

En sous-sol sont visibles les cuisines médiévales. Une exposition contemporaine s’y tient, qui, honnêtement, n’est pas du meilleur goût. On y voit tout de même les cheminées extraordinaires, si grandes, qu’elles pouvaient accueillir des bœufs entiers !


Au nord de cette aile se construit l’aile XVIème, dite « aile Longueville », du nom du petit-fils de Dunois, François II, qui bâtit cette aile de 1509 à 1518. Ces proportions sont considérables : 10 m. de large pour une trentaine de long, les deux salles, au RDC et au premier, sont gigantesques, et pouvaient y accueillir de grandes fêtes.


Ce château possède également 3 escaliers très pédagogiques, de trois périodes différentes. Le premier, œuvre gothique de 1460 est placé dans une tour polygonale hors œuvre, à la jonction de la chapelle et de l’aile Dunois. Il contraste avec la vis gothique flamboyante insérée entre l’aile XVème et l’aile Longueville, élevée seulement une dizaine d'années plus tard. Cet escalier est construit en œuvre, avec une leçon de décor flamboyant absolument magnifique. Enfin, l’escalier Longueville fut édifié en 1510 à l’autre extrémité de l’aile XVIème. C’est à nouveau une vis mais qui possède un riche décor italien. A l’observation, nous pensons aux futurs escaliers de Blois et d’Azay-le-Rideau et à l’escalier contemporain de Chaumont.


Soyons clair, le château est vide de meubles, excepté quelques coffres et quelques tapisseries. L’intérêt principal provient de la tour médiévale. La visite n’est possible qu’en visite guidée. Ne pas la voir rend le château beaucoup moins enthousiasmant. Mais les logis (en libre) si vides soient-ils sont intéressants car ils permettent de voir d’immenses salles de réception de la fin du Moyen-Âge. Et les escaliers ont une vertu éducative indiscutable.
Nous sommes plus réservés sur les quelques éclairages contemporains des cuisines. Elles valent toutefois la peine pour les cheminées.
Ce château est peu fréquenté et c’est dommage. Alors, si vous faites route vers la cathédrale de Chartres, n’hésitez à faire halte à Châteaudun.


Plus d'infos sur chateaudun.monuments-nationaux.fr

Commenter cet article

sav 15/11/2006 19:05

tiens, moi qui vais souvent dans le 28, il faudra que je demande à ce que l'on me fasse visiter un peu les vestiges et autres...
bonne soirée.
 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents