Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MONUMENTAL

MONUMENTAL

Actualité du patrimoine. Visites, lectures, expositions, dans des châteaux, des églises. Notre passion du patrimoine à la portée de tous.


Le château de Blois (940/1515)

Publié par Nicolas Mémeteau sur 27 Janvier 2007, 00:00am

Catégories : #Val de Loire

L’histoire du château de Blois est extrêmement riche et importante dans l’histoire locale. A tel point que nous ne pensons pas la traiter en un seul et même texte. Nous allons donc y consacrer trois articles. Le premier sera centré sur l’histoire médiévale du château, de sa fondationau au Xe siècle jusqu’à la mort de Louis XII, le 1er janvier 1515.

 

Le château lui-même est l’un des plus riches du Val de Loire, richesse historique, dans un premier temps, richesse architecturale ensuite. Les passages prestigieux sont légions, jugez plutôt : Louis XII, Anne de Bretagne, François Ier, Claude de France, Catherine de Médicis, Henri III… jusqu’à Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, prétendant à la couronne jusqu’à la naissance de Louis Dieudonné, futur Louis XIV en 1638. Que de grands noms de l’histoire de France. Chacun à sa manière va occuper le château en y laissant son empreinte dans l’architecture. Cela en fait un château unique dans la région. Même au XIXe siècle, Blois est précurseur. Il est l’un des premiers grands châteaux à être restauré (Félix Duban recréa complètement les intérieurs et réhabilita les façades) et fera donc date.

 

Mais son histoire commence bien avant ses fréquentations prestigieuses.

C’est Thibaut le Tricheur (v. 940/975), comte de Blois, qui, le premier, va édifier une tour sur le promontoire qui domine la Loire. Il semble que la construction soit en pierre et complétée par son petit-fils Eudes II, autour des années 1030. Nous savons, par un texte de 1080 qu’il existe alors une tour et un palais dissocié, avec plusieurs chambres et des cheminées. Nous nous souvenons de la rivalité d’alors entre les comtes de Blois et le comte d’Anjou, Foulques Nerra, nom qui revient presque systématiquement dans l’histoire médiévale ligérienne. Ceci explique la présence de fortifications dans la capitale du comté dès le XIe siècle.

Dans les dernières années du XIe siècle, le comte Etienne fait bâtir une enceinte, distincte de celle du château qui englobe une chapelle dédiée à Saint-Calais (remaniée mais qui existe encore aujourd’hui dans la cour du château). Il ne reste rien de ces constructions dans le château actuel.

Au XIIe siècle, une autre église est édifiée, dans l’avant-cour du château. La collégiale Saint-Sauveur fut jusqu’à sa démolition, en 1793, l’église paroissiale du château.

Le XIIIe siècle voit la reconstruction des enceintes urbaines. Ce chantier touche aussi les fortifications du château. Elles sont totalement reprises, pour atteindre plus de 650 m. de long et munies de trois portes fortifiées. Sur le front sud, l’une des tours du XIIIe est visible, c’est la tour du Foix.

La tour de Foix (XIIIe siècel)
 

Mais le témoin le plus imposant et les plus intéressant du Moyen-Âge est la Salle des Etats. Longue de 30 mètres et large de 18, c’est la plus belle trace du château comtal médiéval du XIIIe s. La salle est divisée en 2 nefs, du fait de sa grande largeur, séparées par une arcature retombant sur une colonnade.

 

Le château tombe dans les mains de la famille d’Orléans à la fin du XIVe siècle, en 1391. D’importants travaux sont entrepris au XVe siècle, avec en particulier la reconstruction de la « grosse tour du chastel ». Sont mentionnés aussi en 1465 l’édification d’une galerie et d’un escalier (outil de prestige par excellence), mais la mort du duc Charles cette même année et l’emprisonnement de son fils Louis (futur Louis XII) à Bourges empêche la rénovation totale de cette forteresse médiévale.

La cour du Duc d’Orléans au XVe s. est alors somptueuse et brillante : collections de manuscrits, concours de poésie (ou brille notamment François Villon)…

 

La mort brutale en 1498 de Charles VIII, alors âgé de 28 ans, à Amboise, propulse le duc d’Orléans Louis sur le trône et fait de Blois la capitale du royaume. C’est le début de la période faste pour la ville de Blois, qui va durer tout au long du XVIe siècle.

Le roi réside avec la reine Anne de Bretagne, épousée le 8 janvier 1499 et va donc transformer le château pour jouer comme il se doit son nouveau rôle et accueillir la cour et l’administration royale, sans oublier toute l’héraldique royale, porc-épic et hermine entre autres. A l’emplacement des anciennes fortifications et portes se trouve l’aile aujourd’hui appelée « aile Louis XII », accolée à la salle des Etats. Cette partie semble terminée vers 1501 lors de la visite des archiducs d’Autriche, soit trois ans à peine après l’accession au trône de Louis.

 

Cette aile est très moderne pour l’époque, entièrement en brique et pierre, et l’on y voit un agencement particulier dans la distribution intérieure. De plus, la galerie sur cour est vraiment exceptionnelle. Chaque pile de cette galerie possède en alternance un décor sculpté en candélabre ou de fleur de lys et d’hermine d’une grande finesse qui annonce la Renaissance prochaine. De part et d’autre de cette galerie se trouvent deux escaliers, dont celui de droite est un vrai escalier d’honneur, très imposant, lui aussi et magnifiquement décoré.

Galerie sur cour Galerie sur cour Grand escalier
 

Sur la façade, on note la présence de balcons aux appartements du premier étage où l’on dit que Louis XII conversait de temps à autre avec des personnes situées, elles, dans l’avant-cour. Cette aile est un pur chef-d’œuvre gothique flamboyant, très ornée, notamment dans les hauteurs avec les lucarnes, mais aussi les gouttières (v. instantané), sans oublier une imposante porte d’entrée, surmontée d’une statue équestre du roi sous un dais, véritable dentelle de pierre.

Statue équestre
 

Nous savons toutefois que cette aile n’était pas la demeure du roi, mais celle des invités. Le roi et la reine logeaient dans le vieux logis, le long de la muraille, aujourd’hui remplacé par l’aile François Ier. Ce logis ancien nous est inconnu, mais devait être suffisamment confortable pour que le roi y habite, plutôt que dans la nouvelle aile qu’il venait de construire. En face de ce vieux logis se trouvent les jardins du château, qui ne cesseront de s’agrandir avec François Ier, au milieu desquels se dresse le pavillon Anne de Bretagne, petite construction centrée, avec une chapelle, encore visible aujourd’hui. Les jardins sont l’œuvre de Pacello da Mercogliano, jardinier de talent ramené d’Italie par Charles VIII, déjà créateur des jardins d’Amboise. L’accès vers les jardins se faisait par une galerie, qui passait au-dessus des fossés, appelée la « galerie des cerfs », nom lié aux trophées de chasse qui s’y trouvaient en décoration. A cela s’ajoute une orangerie et deux jeux de paume.

Le chantier continue durant des années avec la réfection de la chapelle Saint-Calais, consacrée ne 1508. Une galerie longe cette chapelle pour accéder à l’est à l’édifice, en fond de cour, appelé la « perche aux bretons ». Ce bâtiment, connu grâce aux gravures de Jacques Androuet du Cerceau, est énorme et remplace certainement la forteresse du XIe : une tour d’escalier à noyau carré desservant une galerie d’accès au logis et à l’aile, ainsi qu’un autre bâtiment occupant l’actuelle terrasse de Foix, jusqu’à l’enceinte du château. Cette partie a disparu, puisque c’est maintenant l’emplacement de l’aile « Gaston d’Orléans » construite au XVIIe siècle.

Le 1er janvier 1515, Louis XII meurt. Par mariage avec Claude de France, la fille du roi, François d’Angoulême monte sur le trône et va lui aussi profondément modifier le château.

Le porc-épic, emblême de Louis XII
 

Sont visible dans le château aujourd’hui l’aile Louis XII qui accueille le musée des Beaux Arts de la ville de Blois, la salle des Etats en restauration jusqu’au printemps prochain)  et la tour de Foix du XIIIe siècle, seuls vestiges médiévaux de l’ensemble.

 
Photos : septembre 2006
A suivre : Blois au XVIe siècle (1515/1589)
Site du château de Blois (nouveauté 2008) : chateaudeblois.fr
 

Commenter cet article

moriganne et honorius 29/01/2007 13:29

un article très intéressant. Bisous et amitiés du vieux sorcier

Le chevalier ! 28/01/2007 19:40

Coucou merveilleuse AnnaK  Bien sur que je fais des échanges de liens, et même ..... j'ai mis ce blog dans mes liens depuis très longtemps.... peut être 800 ans... (heu, j'avoue ne pas avoir la notion du temps).

Nicolas Mémeteau 29/01/2007 10:07

Tout à fait, chère annaK, avec le chevalier, nous nous connaissons depuis pas mal de temps. Notre ami s'enflamme, sans pas 800 ans, mais tout de même un bon moment !

Annak 28/01/2007 16:48

Bonjour Nicolas :) un blog avec qui tu pourrais faire un échange de liens http://chateau.over-blog.net/ je ne sais pas si le chevalier qui s'en occupe en fait, mais comme vos thèmes sont voisins...

Louvre-passion 26/01/2007 21:21

J'ai bien aimé "Thibaut le Tricheur", comte de Blois. Sait on pourquoi il s'appelait ainsi. C'est assez curieux qu'un seigneur médiéval ait porté ce nom.

Un chevalier Dauphinois étourdi !!! 25/01/2007 17:51

Rebonjur messire...... Dans ma précipitation à vous féléciter, voici que j'en oubliais le but premier de ma visite..... J'ai découvert 2 sites assez riche : (mais peut etre les connais tu ?)http://middeleeuwen.2link.be/ celui ci est un annuaire qui fait un inventaire très complet des thème historique comme nous les aimons.http://www.institut-de-france.fr je te laisse découvrir celui ci.Bon WE

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents